De l'art de chanter en dansant


Au commencement était le big bang, puis pas mal de temps après -temps que je développerais ultérieurement- arrivèrent les frères Lumières dans un train à l'Aciotat. Certes, au départ, le cinéma était muet, mais pas vraiment silencieux, puisque la majorité des projections était l'occasion de mini-concerts (précurseurs des happenings Flower Power). George Chakiris
portrait de Gene Kelly Nul spectateur ne peut nier l'importance de la musique et/ou de l'ambiance sonore (essayez de remplacer la musique de Psychose par "Tata Yoyo" et vous verrez... ). Les producteurs, n'étant guère plus irresponsables que la moyenne extraterrestre, comprirent, devant le succès du Chanteur de Jazz en 1927 que cela pourrait être une vachte' de bonne idée que de proposer des comédies musicales (comme quoi, ceux d'aujourd'hui n'ont rien inventé...).

Le décor est planté. Elle va connaître son heure de gloire dans les années 40-50 grâce à des réalisateurs au nom de Vincente Minnelli (Un américain à Paris 1952 - Brigadoon 1954) ou Stanley Donen ( un jour à New-York 1949 - Beau fixe à New-York 1953 - Chantons sous la pluie 1952) et des acteurs comme Cyd Charisse, Fred Astaire ou Gene Kelly.
La majorité des films aura le même scénario : brouille éphémère, rêve de réussite et happy end. Cet âge d'or prendra fin en 1957 avec Les Girls de Georges Cukor où Cole Porter donnera l'occasion à Gene Kelly de clôturer un bal où il avait particulièrement brillé.

De puis chaque génération connaît son film : en 1961, sur le thème de Roméo et Juliette transposé à Hell's kitchen à Manhattan, West Side Story de Robert Wise et Jerome Robbins casse la baraque et remporte 10 oscars.
Gene Kelly sous la pluie
Maria, maria, mariaaaa Celui-ci récidive en 65 avec la mélodie du bonheur avec l'admirable Julie Andrews -héroïne la même année de Mary Poppins de Robert Stevenson- et remporte l'oscar du meilleur film.
Autre temps, autres moeurs: après une guerre du Vietnam et le triomphe du rock planant (amusez vous avec le Rocky Horror Picture Show ), les chemises à cols démesurés font une entrée remarquée (able?) en 77 avec la fièvre du Samedi soir de john Badman. Ce film lancera la carrière de John T., qui récidivera avec Grease de Randal Kleiser en 78.

Milos Forman essaie de faire oublier le disco à chacun à l'aide de Hair en 79(si,si on va finir par laisser entrer le soleil..).
John et Olivia à la fête foraine
Jake et Elwood sur scène Mais il faut attendre 1980 et John Landis pour tourner la page du disco, et celle des comédies musicales, avec les Blues Brothers(et sa cohorte de stars A. Franklin, J. Brown, C. Calloway, J. Lee Hooker, Jake et Elwood).

Seuls Suzie et les Baker boys de Steve Clothes en 90 avec Michelle Pfeiffer (déjà croisée dans Grease 2 en 82) et les Commitments d'Alan Parker offriront quelques chansons live (mais c'est somme toute normal puisque les héros sont à chaque fois des musiciens et que l'on assiste à leurs spectacles).

C'est en 1996 avec Tout le monde dit I love you que Woody Allen relance, avec talent (pléonasme!), ce genre... . Pour finir, même si les Blues Brothers 2000 n'ont rien d'exceptionnels, je vous mets au défi de ne pas vouloir danser durant le film. Comme quoi, rien n'est réellement terminé.

Et au pays d'Asterix

Sans avoir droit à de véritables comédies musicales, nombreux sont les films des années 30-50 qui contiennent leurs scénettes chantées (Fernandel et son Raphael le tatoué, etc...). Mais, il faut attendre l'avènement de l'opérette et de Luis Mariano (Le Chanteur de Mexico de Richard Pottier en 56 avec Bourvil et A. Cordy) pour connaître nos premières comédies musicales.

Jacques Demy déboule en 64 sur la croisette avec ses parapluies de Cherbourg et, en plus de repartir avec la palme, s'installe définitivement dans un genre qu'il défendra jusqu'en 88 avec 3 places pour le 26 avec Y. Montand et M. May.

Alors quelle surprise, au début de cette année, de tomber sur Jeanne et le garçon formidable d'Olivier Ducastel et Jacques Martineau bouleversant, chantant, bluffant, enthousiasmant, quoi... .
Virginie Ledoyen

Quelques comédies en passant

affiche de Brigadoon Brigadoon de Vincente Minnelli, d'autant plus que des copies restaurées circuleront cet été en France.

Chantons sous la pluie réalisé aussi par Kelly : simplement immense

Beau fixe à New-York avec Cyd Charisse et sa mémoire remarquable ou une interprétation stupéfiante du Beau Danube par les 3 héros G.Kelly, Dan Dailey et Michael Kidel

West Side Story pour "Maria, Maria, Mariiiiaaaaaa"

Mary Poppins et son "chum-cheminey (bis) chum chum chérie"

Les Blues Brothers car "everybody needs somebody"

Les Commitments pour faire comprendre l'intérêt d'être à l'heure à un rendez-vous, surtout si on est célèbre

Jeanne et le garçon formidable pour la "Java du séropo", "le garçon formidable", "les employés de ménage", "je n'aimerai que toi" et Virginie Ledoyen

Retour à la rubrique cinéma