15,3 Ko

Daniel Auteuil


47,7 Ko Daniel Auteuil naît, par hasard, à Alger le 24 Janvier 1950 alors que ses parents, Henri et Yvonne, sont en tournée avec l'Opéra de Paris. Si sa scolarité se passe à Avignon, son enfance, elle, se déroule dans les coulisses des théâtres où il accompagne ses parents. Ses débuts sur scène se passent en 1966 par une apparition dans la Demande en mariage, mais c'est l'opérette qui l'attire.

En attendant son premier tour de chant, il s'inscrit au Cours Florent, puis auditionne pour Early Morning qu'il joue en 1970 au TNP. Il rencontre en 1972 Dave (qui deviendra un de ses meilleurs amis) dans la comédie musicale Godspell (1972-1973). Après des débuts cinématographiques modestes sous l'égide de Gérard Pirès (l'Agression - 1975 et Attention les yeux ! - 1976), il s'oriente peu à peu vers une carrière comique (Bête mais discipliné, les Sous-doués 1 & 2 (C.Zidi - 1979, 1980 & 1982), Clara et les chics types (J.Monnet - 1981), les Hommes préfèrent les grosses (J-M.Poiré - 1981), Pour cent briques t'as plus rien - E.Molinaro - 1982). 102,6 Ko

67,2 Ko Adepte du grand écart, le théâtre lui offre, en parallèle, des rôles (et des partenaires comme Edwige Feuillère dans la Folle de Chaillot, Maria Pacôme dans Apprends-moi, Céline ou François Périer dans Coup de chapeau) différents et sa première récompense : le prix Gérard Philipe 1979, décerné au meilleur jeune acteur. Il y demeurera fidèle, jouant par exemple la Double inconstance de Marivaux en 1988, les Fourberies de Scapin de Molière en 1990 ou Woyzeck de Georg Büchner en 1993.

Après s'être essayé aux films d'action (l'Indic - S.Leroy - 1983 - ou les Fauves - J-L.Daniel - 1984), Auteuil rencontre sa chance avec le personnage d'Ugolin dans le diptyque Jean de Florette / Manon des Sources (C.Berri - 1986). Il reprend en effet le rôle initialement prévu pour Coluche, faisant étalage d'une sensibilité et d'un désespoir que peu lui devinaient. Autour des monstres sacrés Yves Montand ou Gérard Depardieu, et des quasi-débutants Hippolyte Girardot et Emmanuelle Béart, il explose et remporte le César du meilleur acteur (1987). 93,6 Ko

112,1 Ko Rencontrée sur le tournage de l'Amour en douce (E.Molinaro - 1985), Daniel Auteuil forme alors avec Emmanuelle Béart l'un des plus beaux couples du cinéma français. Ils se retrouveront à deux autres reprises : Un coeur en hiver (C.Sautet - 1992) et une Femme française (R.Wargnier - 1995), qui marquera leur séparation après 11 années de vie commune et la naissance de leur fille Nelly en 1992.

Entre temps, il aura eu l'occasion de croiser les chemins de Sandrine Bonnaire (Quelques jours avec moi - C.Sautet - 1988), Josiane Balasko (Ma vie est un enfer - J.Balasko - 1991), Catherine Deneuve (Ma saison préférée et les Voleurs - A.Téchiné - 1993 & 1996), Isabelle Huppert (La Séparation (C.Vincent - 1994)), Isabelle Adjani (la Reine Margot (P.Cherreau - 1994)) ou Carole Bouquet (Lucie Aubrac - C.Berri - 1997). 43,7 Ko

112,1 Ko Il remporte avec Pascal Duquenne le prix d'interprétation à Cannes en 1996 pour le Huitième jour de Jaco Von Dormael et se retrouve l'année suivante dans le rôle tenu en 1957 par Jean Marais : celui du chevalier Lagardère dans le Bossu (P.de Broca - 1997). Crédible dans tous les registres, il tourne aussi bien en anglais (The Lost Son (C.Mengès - 1999) ou Mauvaise passe - M.Blanc - 1999) qu'en costume (Sade - B.Jacquot - 2000 - et la Veuve de Saint-Pierre - P.Leconte - 2000).

En 2000, après un second César du meilleur acteur pour la Fille sur le Pont, il revient sur scène, 7 ans après sa dernière apparition, dans la Chambre bleue d'Arthur Schnitzler. Mais, son agenda cinématographique demeure surbooké tournant 3 à 4 films en moyenne par an (du Placard - F.Veber - 2001 - à Après vous - P.Salvadori - 2003 - en passant par l'Adversaire - N.Garcia - 2002). Lors de sa pause estivale 2003 à Bonifacio, il fait la rencontre de la sculptrice corse Aude Ambroggi, dont il tombe instantanément amoureux. 188,9 Ko

202,9 Ko Il l'épouse 3 ans plus tard à Porto-Vecchio, avec pour témoin Dave. Entre temps, il a retrouvé Depardieu dans l'excellent polar 36, Quai des Orfèvres (O.Maréchal - 2004) et Veber (la Doublure - 2006), monté 2 fois les marches de Cannes la même année (Peindre ou faire l'amour - A. & J-M.Larrieu - 2005 - et Caché - M.Haneke - 2005 - pour lequel il recevra le Prix Européen du meilleur acteur) et tourné quelques navets (comme Nos amis les flics - B.Swaim - 2004 - ou l'Entente cordiale - V.de Brus - 2006).

Après des retrouvailles heureuses avec Patrice Leconte (Mon meilleur ami - 2006) et avant celles avec Olivier Maréchal (MR-73 - 2008), il a enchaîné Dialogue avec mon jardinier (J.Becker - 2007), l'Invité (L.Bouhnik - 2007), la Personne aux deux personnes (Nicolas & Bruno - 2008), le Deuxième souffle (A.Corneau - 2008), 15 ans et demi (F.Desagnat & T.Sorriaux - 2008) et Je l'aimais (Z.Breitman - 2009). Boulimique, non ? 46,8 Ko


Retour à la page principale de La Fille sur le Pont



Les photos et les personnages des films cités ici sont la propriété exclusive de Patrice Leconte et de ses différents producteurs : Christian Fechner, Alain Poiré, la Gaumont, Trinacra Prod., AMLF, A2, Philippe Carcassone, René Cleitman, Lambart Prod, Thierry de Ganay, Hachette Première, Cinéa, UFD, Gilles Legrand, Frédérique Brillon,.... Leurs utilisations dans ces quelques pages n'ont aucun but lucratif. Bien au contraire, elles se veulent un réel hommage aux divers créateurs qui ont aidé Patrice Leconte à s'exprimer.