Richard Gere

Né le 31 Août 1949 à Philadelphie (Pennsylvanie - EU), Richard Tiffany Gere est le second d'une fratrie de 5. Son père, Homer, un vendeur d'assurances, et Doris déménagent rapidement pour l'état de New York où le jeune Richard se consacre à l'étude et la pratique de la musique (piano, trompette, guitare). C'est toutefois grâce à ses talents de gymnaste qu'il décroche une bourse pour étudier à l'université du Massachusetts. 56,4 Ko

74,3 Ko Alors qu'il y étudie la philosophie, il accompagne un de ses amis à une audition théâtrale et est tout surpris d'être choisis à sa place. Il fait ses premiers pas de comédien au Repertory Theater de Seattle et au théâtre Eugène O'Neil de Princeton. Au début des années 70, il s'installe à New York et participe à quelques pièces d'avant-garde comme Killer's head et Back dog beast bait de Sam Shepard ou Richard Farina : Long time coming and long time gone.

C'est dans l'opéra rock Soon qu'il débute à Broadway, avant d'y remporter, en 1973, son premier succès en incarnant Danny Zuko, le héros de Grease. Sa carrière est alors pleinement lancée et il n'hésite pas à se confronter au répertoire classique avec le Songe d'une nuit d'été au Young Vic Theater de Londres ou la Mégère apprivoisée. Après 2 essais peu concluants (Report to the Commissioner - M.Katselas - 1975 - et Baby blue marine - J.D.Hancock - 1976), il joue aux côtés de Diane Keaton dans À la recherche de Mr Goodbar (R.Brooks - 1977). 116,1 Ko

44,7 Ko Pas encore convaincu par l'intérêt d'une carrière cinéma, il ne se rend à l'audition des Moissons du ciel (T.Mallick - 1978) que parce qu'il a été touché par Badlands (1973) le premier film de Mallick. Choisi après 3 mois d'essais, ce rôle lui permet d'obtenir un Donatello du meilleur acteur étranger (1979). Il enchaîne alors avec les Chaînes du sang (R.Mulligan - 1978) et Yanks (J.Schlesinger - 1979), avant de remplacer au pied levé John Travolta qui a renoncé à American gigolo (P.Shrader - 1980).

Après un retour à Broadway dans Bent de Martin Sherman en 1980, pièce pour laquelle il obtient le Theatre World Award, il devient un sex-symbol planétaire grâce à Officier et Gentleman (T.Hackford - 1982), pour lequel il est nominé aux Golden Globes, et À bout de souffle made in USA (J.McBride - 1983). Etonnamment, ses rôles suivants (à l'exception de Cotton Club - F.F.Coppola - 1984) ne rencontrent pas le public (il sera même nominé aux Razzie Awards en 1986 pour le Roi David - B.Beresford - 1985). 36,1 Ko

37,4 Ko Au milieu des années 80, Gere suit l'enseignement du Dalaï Lama et devient un de ses plus ardents défenseurs en Occident. Il crée, en 1987, la Maison du Tibet à New York, dont l'un des buts est de préserver la culture tibétaine malgré l'occupation chinoise. À partir de 1991, il deviendra un membre actif de l'Association des Réalisateurs pour la Campagne Internationale pour le Tibet, avant d'en prendre la présidence en 1996. Il se rendra entre autres au Sénat américain et au Parlement européen pour en défendre la cause.

À l'aube des années 90, son étoile est déclinante. Toutefois, en interprétant un flic pourri dans Affaires privées (M.Figgis - 1990) et un milliardaire en quête de compagnie dans la version moderne de Cendrillon, Pretty Woman (G.Marshall - 1990) - film qui lui vaut sa seconde nomination aux Golden Globes, il redevient un acteur qui compte. Il enchaîne 2 remakes de films français Sommersby (J.Amiel - 1993) et Intersection (M.Rydell - 1994), qu'il coproduit, et se spécialise dans le thriller (de Sang chaud pour meurtre de sang froid - P.Joanou - 1992 - à Peur primale - G.Hoblit - 1996). 28 Ko

46,3 Ko Après un mariage de 4 ans avec le top-model Cindy Crawford, il se fiance, en 1995, avec Carey Lowell, dont il aura un fils, Homer James Jigme, en 2000, et qu'il épousera en Novembre 2002. En 1997, il publie un recueil de photos, PILGRIM, relatant ses nombreux voyages dans l'univers bouddhiste. Son film suivant, Red Corner (J.Avnet - 1997), en montrant l'emprisonnement arbitraire d'un américain par les chinois, sert sa cause. Il retrouve en 1999 l'équipe de Pretty Woman, Julia Roberts et Garry Marshall, pour la romance Just Married (ou presque).

Si Dr T et les femmes (R.Altman -2000) est un bon film, c'est loin d'être le cas d'un Automne à New York (J.Chen - 2000), pour lequel il est à nouveau nominé aux Razzies, et d'Infidèle (A.Lyne - 2002). Chicago (R.Marshall - 2003) le remet en selle. Il obtient ainsi son premier Golden Globes, ainsi qu'un Broadcast Film Critics Association Award et un Screen Actors Guild Award. Après Shall we dance ? (P.Chelsom - 2005) où il effectue, à nouveau, quelques pas de danse, il a Juliette Binoche comme partenaire dans les Mots retrouvés (D.Siegel & S.Mcgehee - 2005). 104,8 Ko

43,5 Ko Entre Faussaire (L.Hallström - 2006), The Flock (A.Lau - 2007) et The Hunting Party (R.Shepard - 2007), Richard n'oublie pas son engagement spirituel puisqu'il prépare l'adaptation de la vie de Bouddha avec Shekhar Kapur, tout en développant un projet immobilier, Squirrelly Acres L.L.C., selon les enseignements bouddhistes. 2009 le verra participer à l'Elite de Brooklyn (A.Fuqua), Amelia (M.Nair - 2010) ou hachiko : a Dog's Story


Vers le dossier centré sur les films romantiques