6,9 Ko

Kate Beckinsale

16,9 Ko Née le 26 Juillet 1973 à Londres (Angleterre), Kate Beckinsale est la fille d'une directrice de casting et d'un acteur, Richard Beckinsale, célèbre de l'autre côté de la manche pour ses rôles dans les séries télé Porridge et Rising Damp. A la mort de celui-ci, d'une attaque cardiaque en 1979, elle est élevée par sa mère. S'en suivent une enfance et une adolescence marquées par cette absence, qui se traduit par des crises d'anorexie récurrentes.

Décidée à suivre les traces paternelles, elle débute, en 1991, dans Once Against the Wind, un téléfilm sur la seconde guerre mondiale, où elle incarne la fille de Judy Davis. Elle n'en oublie pas pour autant les études et intègre la même année Oxford pour y étudier le français et la littérature russe.
2 ans après, elle est engagée par Kenneth Branagh pour interpréter Héro dans le Shakespearien Beaucoup de bruit pour rien (1993).
78 Ko

38,4 Ko Son jeu marque les esprits et lui vaut de nombreuses propositions, l'obligeant à renoncer définitivement à ses études. On la retrouve dans le Prince de Jutland (G.Axel - 1994), Qui a tué le chevalier ? (J.McBride - 1994) et la comédie (oubliable) française Marie Louise ou la Permission (M.Flèche - 1995). C'est avec l'adaptation de Cold Comfort Farm de Stella Gibbons par John Schlesinger (1995) qu'elle attire à nouveau l'attention. Initialement destiné à la BBC, ce film remplit les salles d'Art et Essais et la presse anglaise s'empare du mini phénomène.

La même année, on la retrouve au côté de John Gielgud dans Haunted (L.Gilbert - 1995). Mais, une nouvelle éclipse de 2 ans s'en suit, interrompue par le rôle-titre du téléfilm Emma, adaptée de l'œuvre de Jane Austin, et son interprétation de Georgie dans Shooting Fish (S.Schwartz - 1997). Cette comédie brillante est le 3ème plus gros succès de l'année en Angleterre et le premier film à avoir remboursé intégralement l'avance sur recettes britannique. 68,9 Ko

99 Ko Elle franchit un nouveau palier avec la jeune diplômée new yorkaise de the Last Days of Disco (W.Stillman - 1998) où elle prend sans mal l'accent américain, s'attirant de bonnes critiques outre-atlantique. 1999 est marqué par 2 évènements majeurs : son premier film hollywoodien à gros budget - Bangkok aller simple (J.Kaplan) avec Clare Danes, où elle est surprise à dealer de l'héroïne en Thaïlande - et la naissance de sa fille (le père, Michael Sheen, étant son petit ami depuis 6 ans).

Après un petit tour chez Merchant - Ivory (la Coupe d'Or - 2000) et Peter Chelsom, aux côtés de John Cusack, (Serendipity - 2001), elle se retrouve dans "LE" Blockbuster (ou ce qui aurait dû être) de 2001 : le navrant Pearl Harbor (M.Bay - 2001) ! Malheureusement, malgré (à cause ?) une campagne promotionnelle excessive, le film n'attire pas les foules et est vivement descendu par les critiques. 6,8 Ko

88,2 Ko Qu'importe ! Après un détour par Laurel Canyon (L.Cholodenko - 2002), elle devient héroïne de SF en interprétant une vampire chasseresse de loups-garous dans Underworld (L.Wiseman - 2003) et une princesse chasseresse de vampires dans Van Helsing (S.Sommers - 2004) ! Sur le tournage du premier, elle y rencontre un metteur en scène qui ne tarde pas à devenir son compagnon, puis son mari durant l'été 2004.

Après avoir interprété Ava Gardner (et pris 10 kilos) pour l'Aviateur (M.Scorsese - 2005), elle retrouve son mari et le personnage de Selene dans Underworld 2 : Evolution (L.Wiseman - 2006) (mais ne prête que sa voix lors du préquel - P.Tatopoulos - 2009). Après le raté Click (F.Coraci - 2006), l'horrifique Motel (N.Antal - 2007) et le drame Snow Angels (D.G.Green - 2008), elle revient dans le polar Whiteout (D.Sena - 2009). 113,8 Ko


Retour à la page principale de Shooting Fish



Les photos et les personnages de Shooting Fish sont la propriété de Winchester Films, Gruber Brothers, the Council of England, Tomboy Films, Richard Holmes & Glynis Murray et des divers participants à l'écriture, la réalisation et la production de ce film. Leurs utilisations dans ces quelques pages n'ont aucun but lucratif. Bien au contraire, elles se veulent un réel hommage aux divers créateurs de cette admirable comédie.